Un américain habitant l’Utah a retrouvé un hamburger McDonald, acheté en 1999, dans un état presque intact.

Emission télé ci-dessous :

David Whipple, un américain enseignant les sciences naturelles dans l’Utah, a fait une découverte édifiante : en 1999, le professeur a voulu faire une expérience avec un hamburger acheté chez McDonald. « Je l’avais laissé vieillir pendant un mois dans ma poche pour le présenter à ma classe, afin de montrer l’action des enzymes sur les aliments… », explique-t-il.

A la fin du cours, David Whipple remet machinalement le burger dans son manteau, puis il oublie dans une penderie pendant un an ou deux et c’est totalement par hasard qu’il retombe dessus et qu’il se rend compte que le hamburger n’a pas changé d’un iota. Le scientifique curieux décide alors de pousser un peu plus l’expérience et de le garder tel quel, sans réfrigération ni conservateur, pour voir au bout de combien de temps la nourriture commençait à se dégrader.

un-hamburger-vieux-de-12-ans-et-un-autre-image-179387-article-ajust_930

Un hamburger #McDonald retrouvé intact 14 ans après.

Quatorze ans après, il révèle que le burger serait quasiment intact, qu’il ne dégage aucune odeur nauséabonde et qu’il ne présente pas de moisissure, aussi bien sur le pain que sur laviande. Seul le cornichon aurait disparu, souffrant des effets du temps. Le résultat de l’expérience, choquant et peu glorieux pour McDonald, pourrait s’expliquer, selon certains spécialistes, par l’ajout de substances chimiques qui éviteraient aux ingrédients de moisir. Une technique fréquemment utilisée par les chaînes de fast-food.

C’est de la nourriture androïde. Gardez-le dans votre tiroir ou au fond de votre poche pendant des années. Il restera tel quel. Indestructible. Hors-champ. L’air et le Temps n’ont pas d’impact sur cette matière-là. Les bactéries n’en veulent pas. Le dernier des microbes, le plus petit des champignons taille la route en le découvrant. Il n’y a que des humains pour s’avaler pareille ignominie. Que devient ce genre de plat au fond du corps humain ? Où s’accumulent les matières chimiques engrangées au fil des jours ? Allez savoir…

Mais que mangez vous donc en réalité quand vous mangez un Big Mac ?

Découvrez ici sa composition et BON APETIT ! :

* Le petit « pain » (dénommé Big Mac® Bun) * :
• farine enrichie (farine de blé raffiné, farine d’orge malté, niacine, fer (« reduced iron »), thiamine, mononitrate, riboflavine, acide folique, enzymes)
• eau
• sirop de maïs à haute teneur en fructose
• sucre
• huile de soja et/ou huile de soja partiellement hydrogénée
Le petit pain contient aussi 2% ( au plus) des ingrédients suivants :
• Sel
• sulfate de calcium (E516)
• Carbonate de calcium (E170) colorant blanc
• Gluten de blé
• Sulfate d’ammonium (E517) stabilisateur
• Chlorure d’ammonium (E510) Sale plus que le sel
• Stéaryl de sodium lactylé, (E481(i)) Emulsifiant, stabilisant
• Esters mixtes acétiques et tartriques des mono- et diglycérides d’acides gras (E472(f)) DATEM * (Diacetyl Tartaric (Acid) Ester of Monoglyceride)
• Acide ascorbique* (E300)
• Azodicarbonamide* (E927)
• Mono- et diglycérides* (E471)
• Mono- et di-glycérides éthoxyles (E488)*
• Orthophosphate monocalcique* (E341(i))
• enzymes*
• gomme de guar (E412)*
• peroxide de calcium (E930)*
• farine de soja*
• Propionate de calcium (E282) *(conservateur)
• Propionate de sodium (E281) (conservateur)
• Lécithine de soja
• Graines de sésame
* Agent de panification

* La sauce « inimitable » (Big Mac® Sauce) * :
huile de soja
condiment de cornichons (fait avec🙂
– cornichons coupés en cubes
– sirop de maïs à haute teneur en fructose
– sucre
– vinaigre
– sirop de maïs
– sel
– Chlorure de calcium (E509)
– Gomme xanthane (E415)
– Sorbate de potassium (E202)
– Extraits d’épice
– Monooléate de polyoxyéthylène de sorbitane (polysorbate 80) (Émulsifiant)
extrait de vinaigre
eau
jaunes d’œufs
sirop de maïs à haute teneur en fructose
poudre d’oignon
graine de moutarde
sel
épices
Alginate de propane-1 (E405)
sodium benzoate (conservateur)
son de moutarde
sucre
poudre d’ail
protéine végétale (maïs hydrolysé, soja et blé) – (Il s’agit en réalité de glutamate de sodium)
couleur caramel
extraits de paprika
lécithine de soja
curcuma (couleur)
Disodium de calcium d’EDTA (E385) (conservateur d’arôme).

* Frites * :
Pommes de Terre, Huile végétale (huile de canola, huile de soja hydrogénée, arôme naturel de bœuf [dérivés de blé et lait]*, acide citrique [conservateur]), dextrose, acide de sodium pyrophosphate (maintient la couleur), sel. Frites préparées à l’huile végétale (huile de canola, huile de maïs, huile de soja, huile de soja hydrogénée au TBHQ (Tertiary-Butylhydroquinone) et acide citrique ajouté pour préserver la fraîcheur). Dimethylpolysiloxane ajouté comme agent anti-effervescent.

*l’arôme naturel de bœuf contient du blé hydrogéné et du blé hydrolysé.

538577_417202178348097_1163726330_n

Un burger Mc Do ne moisit jamais. Il n’a jamais eu rien de vivant. C’est de la nourriture androïde. Gardez-le dans votre tiroir ou au fond de votre poche pendant des années. Il restera tel quel. Indestructible. Hors-champ. L’air et le Temps n’ont pas d’impact sur cette matière-là. Les bactéries n’en veulent pas. Le dernier des microbes, le plus petit des champignons taille la route en le découvrant. Il n’y a que des humains pour s’avaler pareille ignominie. Que devient ce genre de plat au fond du corps humain ? Où s’accumulent les matières chimiques engrangées au fil des jours ? Allez savoir…

Le plus terrible n’est pas que cette chose existe et soit même mangée. Libre aux androïdes qui colonisent maintenant l’espèce humaine d’avaler ce genre de plats mutants. Le plus terrible est que l’on puisse encore appeler cette chose « pain » car ce n’est pas du pain mais une usurpation de pain. Un simulacre. Un mensonge. Tout comme un épi de maïs génétiquement modifié ne devrait plus pouvoir s’appeler « Maïs », du pain de laboratoire comme celui des Mc Donalds ne devrait plus avoir droit au nom de pain.

C’est l’une des premières batailles que doivent livrer les écologistes et les adeptes de la nourriture biologique. Celle des mots. Celle du Nom.

Dans une société où l’on ne démêle déjà plus le vrai du faux, les noms ne doivent pas être usurpés sous peine que nous ne perdions bientôt tout contact avec le Réel.

3 réflexions sur “Un américain habitant l’Utah a retrouvé un hamburger McDonald, acheté en 1999, dans un état presque intact.

  1. ok ok c’est pas cool mais ecoute on se calme un peu le pompom, juste pour information tout le blé et quasiment tous les legumes sont des dérivés de dérivés, donc meme ton maîs non ogm ou ton blé non ogm n’est qu’un éniéme croisement pour en acquérir toutes les caractéristiques (donc en gros on l’a pas modifié en laboratoire mais on l’a modifié pareil). Que dire des pomme de terre qui poussent sur les plants de tomates ?
    Et puis big new ! a la fin … on meurt.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s