Les armes psychotroniques

452930a.2.large

En URSS, des ondes basse fréquence sont projetées sur des villes pour susciter certains comportements.
En 1962, quand les américains cherchaient des micros derrière les murs de leur ambassade, ils ont découvert un rayon d’ondes microélectriques dirigé sur l’ambassade. Celui-ci causait des maux tête, des vomissements, de la fatigue, des cancers. Pendant 12 ans, ces faits sont restés secrets, même pour le personnel concerné.
D’après le conseiller à la sécurité Zbigniew Brzezinski, l’ambassade des USA à Moscou enregistre le plus haut taux de cancer.
{Livre, Livre Jaune N° 5 (Le), Collectif d’auteurs, Ed. Félix}

Signal de Moscou :
En 1962, en cherchant des « micros » dans l’ambassade américaine en URSS, les américains ont découvert un rayon d’ondes microélectriques dirigé sur l’ambassade. Ce dernier affecte le système nerveux, crée des maux de tête, une faiblesse générale, de la fatigue, des nausées, une irritabilité, des angoisses, des dépressions, une inhibition des capacités intellectuelles.
(les révélations de Jack Anderson en 1972 ont permis de mettre la vérité à jour).
Le personnel de l’ambassade américaine de Moscou détient le plus haut taux de cancer au monde. (d’après Z. Brzezinsky).

Signal d’Eugène (ville dans l’Oregon aux USA) :
Signal inconnu enregistré à 9000 m d’altitude. On a décelé la présence d’ondes électromagnétiques dans des zones d’habitation. Cela a créé des maladies mais l’affaire a été enterrée.

Lire la suite